Devenir courtier travaux : missions, formation, avantages

Dans les projets de travaux de construction et de rénovation ou d’agencement, un courtier travaux peut s’avérer utile. Un courtier travaux est une véritable interface entre le donneur d’ordre et les entrepreneurs du bâtiment. Le courtier facilite les travaux maison pour le particulier ou l’entreprise.

Devenir courtier travaux

Autonome, le courtier travaux indépendant a pour mission de mettre en relation le client et le professionnel du BTP ou artisan.

  • Il prend en charge l’analyse du projet de construction et de rénovation, sélectionne les artisans, obtient les devis, négocie les tarifs, conseille sur les aides et subventions…
  • Il peut également suggérer un plan de financement.
  • Après obtention de multiples devis d’artisans du BTP, le prestataire compare les différentes entreprises et sélectionne le devis qui correspond le mieux au chantier. Il exerce surtout dans le secteur de la transformation de bâtiment.
  • Il se doit d’être impartial et ne peut favoriser aucune des parties. La mission du courtier travaux indépendant permet d’assurer l’aide et l’assistance au niveau de la réalisation des travaux. 
  • une microentreprise

Souvent, ce professionnel est amené à intervenir sur les chantiers de construction. Des capacités d’organisation sont requises pour diriger les visites de chantiers avant la signature du devis.

Durant la réalisation desdits travaux, il peut agir à l’instar d’un maître d’œuvre.

  • En effet, la première partie à convaincre par ce pro du bâtiment inclut des particuliers, des entreprises de petite taille voire des collectivités locales.
  • L’autre partie intègre les sociétés du BTP, les négociants ainsi que les industriels. Le courtier peut indifféremment œuvrer pour des travaux à domicile ou une structure qui souhaite travailler pour un particulier.

Après une reconnaissance de chantier, le courtier sert de conseil pour le respect des normes en vigueur. Puis, le courtier travaux maison priorise les artisans fiables et les négociants sérieux.

Concrètement, son rôle s’étend jusqu’à la signature pour accord du devis.

Les critères de sélection des entreprises se basent sur l’immatriculation au registre du commerce, l’existence d’une assurance, la réputation, les labels qualité... Lorsque les devis des travaux sont validés, cet intermédiaire contrôle la cohérence et la stabilité des offres de prix.

Les qualités du courtier en travaux

Un courtier travaux indépendant est un parfait connaisseur des artisans locaux. Il est à même de répondre aux attentes des clients en matière de tarifs et de savoir-faire. En outre, il ou elle s’avère utile en termes de gain de temps grâce à ses capacités d’organisation et de planning.

Comme il s’attelle aux démarchages des artisans en amont, le client ne dispose plus que d’un interlocuteur unique.

En fait, ce pro du bâtiment est aussi profitable pour le client et pour les artisans. Il ou elle épaule les clients et permet aux artisans du BTP de dénicher une nouvelle clientèle et d’étoffer leur carnet de commandes.

Le rôle de conseil du courtier en travaux indépendant lui permet de recommander les aides et les crédits d’impôt appropriés. Pour l’artisan, cet expert en bâtiment et en construction prend en charge le côté prospection commerciale.

Grâce à sa parfaite connaissance des travaux tout corps d’état du BTP, ce professionnel décèle immédiatement le corps de métier du bâtiment correspondant aux exigences du client donneur d’ordre.

Pour s’assurer des services de qualité procurés par un courtier travaux, il faut vérifier son intervention réelle via un cahier des charges.

Le risque de qualification est retenu par les tribunaux dans le cas d’un litige sur l’accomplissement des tâches du chantier. Il faut s’assurer qu’il détient tous les documents de garantie légaux de l’entreprise responsable du chantier.

Fiez-vous toujours avant d’embaucher un courtier en travaux aux avis sur internet, et n’hésitez pas à réclamer des témoignages et références clients.

Un courtier qui a livré des travaux dans les temps et dans le budget, avec une livraison de chantier impeccable, est toujours signe que vous avez affaire à un excellent professionnel !

Les tarifs pratiqués

Dans le cadre d’une rénovation ou de gros travaux, les services d’un courtier sont généralement gratuits pour le client particulier. En fait, il perçoit son salaire de la part de l’entreprise de BTP en charge du chantier.

Ainsi, les intérêts du courtier et ceux du client sont rattachés à la bonne exécution des travaux. Cela permet aussi au client de bénéficier de prestations au coût concurrentiel et de devis incluant le prix des honoraires.

Du côté de l’entreprise en BTP responsable du chantier, le courtier reçoit une commission en pourcentage, qui équivaut à 10 % de la facture finale ou du montant du devis signé pas le client.

Cette commission porte le nom de frais de courtage en travaux. En fait, le tarif correspond au délai consacré à la négociation commerciale exercé par le courtier à la place de l’entrepreneur.

Les frais de courtage sur la construction d’une maison en totalité, sur un budget total de 150 000 €, peuvent aller de 6 000 à 75 000 € selon les tâches et responsabilités (et garanties !) apportées par le courtier.


La moyenne tournerait plutôt autour de 16 000 à 20 000 €.


Il va de soi que pour des travaux de rénovation partiels, les frais de courtage travaux seront bien moins élevés !

Courtier en travaux : Salaire

Le salaire d’un courtier en travaux maison va dépendre de son statut : autoentrepreneur indépendant, salarié, ou rémunéré à la commission seulement.

Le salaire en début de carrière s’un salarié commissionné va de 28 000 à 35 000 €

Les formations pour accéder à la profession

En règle générale, le courtier ou la courtière provient du secteur du BTP. Comme le bâtiment est un domaine majoritairement technique, le courtier en travaux indépendant doit disposer de compétences multiples.

Ses compétences doivent être d’ordre commercial, juridique et financière. Il ou elle doit être doté d’un bon sens relationnel tout en priorisant la négociation.

Les diplômes requis sont un Bac + 2 en études commerciales ou en techniques d’ingénierie (technico-commercial). Les personnes formées aux métiers de la vente, de la négociation ou de la prospection ont généralement un bon profil, à condition d’avoir une connaissance étendue du BTP et de l’artisanat, tant sur le plan des métiers, que des normes et réglementations ainsi que des techniques et tarifs pratiqués.

Il n’est pas rare que des courtiers en assurance se tournent vers le courtage en travaux, après avoir gagné une expertise notamment dans les sinistres !


Dans tous les cas, une formation technique en bâtiment et travaux publics ou en urbanisme s’avère nécessaire, après la formation initiale de technico-commerciale. Il doit être apte à répondre aux besoins en travaux d’intérieur et en travaux d’extérieur.


  • Les travaux d’intérieur comprennent la peinture, la réfection des sols, les revêtements muraux. On peut aussi retenir l’installation électrique, l’agencement de cuisine et de salle de bains, la plomberie, l’électricité...
  • On peut intégrer le chauffage, la climatisation, ainsi que l’architecture d’intérieur. En ce qui concerne les travaux extérieurs, faire appel à un courtier en travaux maison est conseillé pour le gros œuvre, la charpente, la couverture et les piscines.
  • On peut également faire appel à ses services pour l’isolation, l’étanchéité, le ravalement de façade. Ses autres domaines d’activité relèvent de la maçonnerie, du terrassement...


En outre, on ne peut pas négliger les rénovations diverses ainsi que la restauration, la terrasse et le dallage, et tant d’autres encore. Tous ces divers types de travaux demandent une formation solide et une bonne expérience professionnelle.

Les spécialisations

Il est possible d’exercer en tant que courtier en travaux indépendant. Il peut opter pour le statut social et fiscal qui lui convient pour s’installer à son compte. C’est notamment le cas pour un statut d’autoentrepreneur.

Par ailleurs, il ou elle peut aussi opérer pour le compte d’une entreprise de courtage. Cette entreprise de courtage peut être une SARL ou SAS. Quel que soit le type d’entreprise de courtage, le statut juridique et l’immatriculation sont requis pour œuvrer dans la profession.

En outre, un courtier travaux peut agir comme franchisé. De nombreuses franchises sont présentes sur le marché. Ces agences de courtage incluent des enseignes reconnues. Il s’agit notamment d’Activ Travaux, d’Illico Travaux, Aximotravo, La Maison des Travaux, Architéa, Okedo, Polartis…

Afin de mieux cerner les agences de courtage les plus recommandables, il convient de parcourir le site de référence de la Fédération Française du Courtage, l’hexagone disposant de plus de 600 courtiers travaux répandus sur tout le territoire.

Plus de 250 pros du BTP en courtage de travaux figurent parmi le réseau des franchisés.

Garanties et responsabilités 

Les garanties et les responsabilités inhérentes au métier relèvent des différents réseaux. Chez certaines agences le courtier en travaux maison agit en maître d’œuvre.

Dans ce cas, son engagement englobe la totalité des travaux. Cela implique la réalisation tous corps d’état, la prise en charge des avaries possibles. Il est responsable durant et après le chantier dans la limite de la garantie décennale.

Une autre partie des réseaux de courtiers optent pour la limitation de la responsabilité à la recherche d’entrepreneurs sérieux. Dans ce dernier cas, la responsabilité décennale revient aux entreprises du BTP.

Recevoir des conseils, offres et newsletter : gratuit et sans engagement