Crédit ou prêt professionnel : règles et conseils à suivre

À tout moment de votre activité, lancement, reprise, développement, ou moments difficiles, vous serez sans doute appelé(e) à faire une demande de crédit professionnel pour mener à bien vos projets sans avoir à attendre que les opportunités ne s’envolent.

crédit professionnel

Le prêt pro, ou crédit professionnel

Un prêt ou crédit professionnel a pour but de financer un investissement professionnel matériel ou de besoins en fonds de roulement pour les PME, autoentrepreneurs et artisans du bâtiment.

Il peut couvrir tout ou partie du montant de l’investissement, et rien n’empêche de conjuguer les méthodes de financement (attention à l’accumulation de crédits !

Généralement il est accordé pour une durée comprise entre 1 et 15 ans.

La fourniture d’une garantie est indispensable (business plan solide, cautionnement de banque, caution de société spécialisée, caution en nom propre du dirigeant…) en particulier si vous demandez un crédit professionnel création entreprise.

L’accompagnement d’un courtier en crédits professionnels est recommandé pour trouver le prêt le plus avantageux et le mode de remboursement adapté aux moyens de l’entreprise.

Attention

 Ne remboursez jamais un prêt avec un autre prêt !

Présentez un dossier impeccable

La plupart du temps, si vous attendez un crédit, c’est que vous êtes dans l’urgence : besoin de véhicule, réparation d’outillage, dépense imprévue, nécessité d’investir pour rester compétitif…

Dans ces cas-là, vous voudrez obtenir votre crédit rapidement, et aurez tendance à remplir votre demande tout aussi rapidement. Grossière erreur !

Pour votre banquier, l’urgence est souvent synonyme de mauvaise organisation et de panique. Cela n’inspire guère la confiance.

Le dossier n’est pas qu’une simple formalité. Votre professionnalisme sera très apprécié et un gage de votre fiabilité.

Un établissement bancaire aura tendance à favoriser les dossiers fiables, viables et surtout rentables.

N’arrivez pas les mains vides, documentez votre demande avec un business plan :

  • plan financier de remboursement
  • détails du projet d’investissement
  • amortissement
  • devis
  • portfolio, etc.

Dans la même veine, lors de l’entretien avec le banquier, vous devrez arriver préparé(e) avec des arguments clairs, fluides et concis, qui vous permettront d’obtenir une simulation crédit professionnel ou simulation prêt professionnel adaptée à vos objectifs et moyens.

Utilisez un discours simple, direct et persuasif. Comme au tribunal : préparez votre plaidoyer !

pret professionnel

Estimez le mieux possible votre besoin de trésorerie

Rien ne fait plus désordre que de demander (et obtenir) un financement et de revenir une semaine plus tard parce qu’on a mal calculé la somme nécessaire !

Par exemple, si vous devez acheter un véhicule, calculez bien le prix de toutes les options, de la mise en circulation, du contrat d’entretien, de la carte grise, du stationnement, du carburant pour les premiers mois…

Dites-vous que l’organisme auquel vous vous adressez pour votre offre de prêt professionnel connaîtra son sujet sur le bout des doigts : si vous ne savez pas exactement de quelle somme vous avez besoin, la personne en face de vous le saura parfaitement.

Étudiez bien votre remboursement

Vous devez rassurer la banque. Et par la même occasion, ne pas mettre en péril votre affaire.

L’entrepreneuriat ne se fait pas à l’aveuglette. Un gérant d’entreprise se doit d’être vigilant, en particulier sur ses calculs et sa trésorerie.

Si les solutions de financement existantes sont nombreuses, cela n’est pas forcément vrai pour les solutions de remboursement. Réussir à obtenir un crédit professionnel sans apport ne vous dispense pas de prévoir les remboursements et de mettre de côté !

Assurez-vous que vous aurez les moyens de rembourser, ou un plan B pour rembourser votre crédit. Si vous avez des doutes trop importants, c’est peut-être que le jeu n’en vaut pas la chandelle et que vous devriez attendre encore un peu pour faire cet investissement.

Choisissez la bonne solution de financement.

1. Les solutions de financement classiques : prêt, cautionnement bancaire et découvert autorisé

80 % des PME considèrent la banque ou l’organisme de crédit comme une solution de financement fiable.

Une banque peut non seulement vous proposer un crédit professionnel, mais aussi un cautionnement bancaire, c’est-à-dire une garantie supplémentaire à l’établissement prêteur, puisque l’institution bancaire se porte caution pour rembourser le prêt.

Cette mesure est adoptée par de nombreux entrepreneurs pour une création de PME avec ou sans apport prêt professionnel.

Notez que la facilité de caisse ou le découvert autorisé sont des alternatives parfaitement acceptables de financement, auxquelles cependant on ne pense pas toujours. La facilité de caisse est pourtant flexible et très répandue face à l’écart temporaire entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. Songez-y à condition de présenter des comptes « sains ».

Vous pourrez dans cette optique vous adresser aux comptes Crédit Agricole professionnel, Crédit du Nord professionnel, Crédit Mutuel professionnel, crédit professionnel CIC, crédit professionnel Société Générale, Crédit Lyonnais professionnel, ou encore demander une simulation pret professionnel Crédit Agricole.

2. Le crédit-bail immobilier

En échange du prêt d’une somme d’argent, vous pouvez conclure un crédit-bail. Il s’agit d’une location qui permet d’acheter le bien loué plus tard (véhicule, équipement, outillage ou local).

La différence entre crédit-bail et Location avec Option d’Achat (LOA) concerne le type de véhicule, si c’est l’objet de votre crédit-bail. Dans le cas d’une Location Longue Durée pour un véhicule l’entreprise ne devient jamais propriétaire du bien.

Dans son champ d’application immobilière, cette option est particulièrement intéressante pour les entreprises !

Également appelée leasing, cette option de location a tout de même l’inconvénient de priver l’entreprise de la propriété des biens

3. Financement participatif ou crowdfunding

Le principe est de rallier à soi un groupe d’investisseurs, autour d’un projet mobilisateur.

Le prêt prend la forme d’un don ou d’un achat des obligations de l’entreprise.

Le crowdlending est une forme de crowdfunding limitée à un prêt de 2000 € maximum par prêteur, en direction de l’entrepreneur.

Bien souvent cette solution se trouve sur internet, sur les plateformes dédiées au financement participatif, de plus en plus tendance, en particulier dans les startups ou sur les projets particulièrement innovants. En construction, l’écoconstruction fait partie des sujets capables de mobiliser !

Le financement participatif se développe rapidement et attire de plus en plus d’entrepreneurs et d’investisseurs.

4. L’affacturage

Ici l’entreprise de BTP utilise ses ressources internes pour financer son projet.

Il s’agit de vendre ses créances commerciales à une société financière. On parle aussi de gage sur stocks. L’entreprise transfère ses créances commerciales à un organisme spécialisé qui en assure le recouvrement pour son propre compte en supportant les pertes éventuelles.

Il va de soi que le montant du prêt sera alors proportionnel aux stocks et créances.

5. Aides financières de l’État

L’État accorde des aides financières pour encourager le développement économique national, notamment les créateurs d’entreprises, les chômeurs, etc.

Citons par exemple :

  • le dispositif ACRE (Aide aux créateurs et aux repreneurs d’entreprise), qui permet une exonération dégressive des charges sociales ; l’ARCE (Aide à la reprise ou à la création d’entreprise) géré par Pôle Emploi et qui permet de se faire verser ses allocations chômage sous forme de capital ;
  • l’ARE (Aide au retour à l’emploi) pour continuer de toucher ses allocations chômage pendant la création d’entreprise ; 
  • le NACRE (Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise) qui propose un accompagnement pour le montage financier du projet.

6. Les business angels

Si vous avez un excellent réseau avec un carnet d’adresses bien fourni, vous pouvez trouver des « business angels », c’est à dire des investisseurs privés qui financeront votre projet en échange de rapports réguliers, de votre implication et mentoring, et d’une participation (ou pas !)

Cela se négocie de manière tout à fait individuelle.

7. Financement par augmentation de capital

Il s’agit d’obtenir de nouveaux apports en fonds propres auprès d’actionnaires. C’est une augmentation du capital. Encore faut-il avoir des actionnaires…

8. Crédit fournisseur

Vos fournisseurs fidèles, sur la base d’une relation de travail durable et positive, peuvent éventuellement vous accorder des crédits. C’est une sorte d’« ardoise » que vous ouvrez auprès d’eux.

Si vos relations sont même excellentes, ils peuvent vous accorder un prêt à intérêt très avantageux.

Étudiez les taux prêt professionnel 2019

Le contexte actuel est en faveur d’un taux variable, mais on prévoit une remontée des taux. Il faudra alors négocier un plafonnement.

Mieux vaut fixer des échéances avec montant du capital constant, le total des mensualités dégressives étant inférieur à celui d’un crédit remboursé par échéances constantes.

Le déblocage des fonds peut se faire en une seule fois ou selon un échéancier : les intérêts ne courent alors que sur les sommes déjà utilisées.

Un crédit pro peut être remboursé uniquement lorsque les fonds ont été intégralement débloqués.

Pour que vous puissiez procéder au remboursement par anticipation, il faut que cette possibilité ait été prévue dans votre contrat. Le remboursement d’un crédit professionnel par anticipation obéit à une procédure spécifique. Demandez les détails à votre établissement financier.

Tableau indicatif des taux en matière de crédits aux professionnels (juin 2018)

Financement bancaire

Projet

Durée

Taux trè​​​​s intéressant

Taux moyen-bon

Immobilier

10-15ans

0.5%

1.5 %

Investissements

5-7 ans

0.7 %

1.1 %

Trésorerie

1 an

1.6 %

1.6 %

Financement participatif

Projet​​​​

Durée

Taux très intéressant

Taux moyen-bon

Développement

3-5 ans

5,2 %

6,7 %