Métier(s): Architecte(s) : formation, salaire, compétences…

Avant toute chose, on ne devrait pas parler du métier d’architecte, mais deS métierS d’architecteS.

Architecte d’intérieur

Même si un architecte classique possède ces compétences par ailleurs, on distingue plusieurs métiers dans l’architecture :

  • Architecte de construction
  • Architecte d’intérieur
  • Architecte paysagiste

L’architecte de construction travaille aussi bien sur du bâtiment neuf que sur de l’ancien (il est alors architecte rénovation). Il ou elle conçoit et dessine les plans d’un bâtiment, choisit les matériaux et spécificités (angles, toiture, accès, orientation, usage des pièces…)

Certains architectes spécialement formés et compétents en la matière peuvent devenir Architectes en Chef des Monuments Historiques.

Architecte en Chef des Monuments Historiques

Cette spécialité est ouverte aux architectes sur concours d’État (le concours dure une année entière, avec examen écrit, graphique, oral, et projet de restauration), dont la réussite mène à l’École de Chaillot (DSA) à Paris. La formation dure 2 ans post concours. Chaque année, 60 élèves sont admis.


L’ACMH collabore avec plusieurs spécialistes, dont historiens d’art, archéologues, ingénieurs, laboratoires, artisans d’Art, etc. Il est chargé, conformément au décret numéro 2007-1405 du 28 septembre 2007 sur le corps des architectes en chef des monuments historiques) d’assister le Ministère de la Culture dans la protection et la conservation du patrimoine bâti.


Il est à ce titre spécialisé dans l’étude et la restauration des édifices classés pour leur valeur historique, archéologique, esthétique et/ou paysagère.


Il y a actuellement en France une trentaine d’ACMH.


Ils ont un statut professionnel unique, à la fois relevant de la fonction publique (droit public) et des professions libérales (droit privé).

L’architecte d’intérieur est spécialisé en aménagement, décoration intérieure et design de locaux aussi bien commerciaux que privés.

Un architecte d’intérieur va par exemple aménager un commerce, une bibliothèque, un bâtiment de bureaux, un restaurant : construction, décoration, usages…

Certains décorateurs d’intérieur utilisent faussement le terme d’architecte d’intérieur, mais ce titre est protégé.

Un titre protégé

Le titre d’architecte ou d’entreprise d’architecture est protégé par la loi du 3 janvier 1977. Il est réservé aux professionnels inscrits au tableau régional de l’Ordre des architectes.


Le titre d’architecte honoraire peut-être attribué par le Conseil régional de l’Ordre à tout architecte qui compte au moins 15 ans d’années d’exercice de la profession.


Le port illégal du titre expose le contrevenant à des sanctions pénales.

L’architecte paysagiste est un architecte spécialisé dans l’aménagement des espaces extérieurs : parcs, jardins, équipements collectifs…

Dans ces trois spécialités différentes, le rôle de l’architecte reste sensiblement le même, seuls les chantiers et les objectifs diffèrent.

Rôle et compétences de l’architecte

L’architecte connaît et couche sur papier le projet d’un bâtiment qu’il va généralement superviser par la suite jusqu’à sa livraison.

Il se base sur les demandes des clients et les normes et réglementations en vigueur, et fait ses propositions de rendu sur des décisions techniques et esthétiques, mais parfois aussi environnementales.

Il peut s’agir de maison individuelle, de logements collectifs ou de bâtiments publics ou lieux de culte.

architecte de construction

L’architecte maîtrise parfaitement :

  • les aspects réglementaires du BTP
  • les budgets
  • les matériaux
  • les innovations technologiques
  • les rôles des différents corps de métier du bâtiment et de l’artisanat
  • la gestion et le déroulement déroulement d’un chantier
  • le dessin de plans (plan au sol, plan de masse, élévation, coupes, perspectives) que ce soit au crayon ou en DAO/CAO/3D
  • les lois d’urbanisme
  • les contraintes topographiques et environnementales
  • la faisabilité d’un projet
  • la maîtrise d’œuvre
  • le dossier de demande de permis de construire

Il a par ailleurs des connaissances en histoire de l’art et un sens cultivé de l’esthétisme et de la géométrie.

La mission de l’architecte peut aller du simple croquis ou de la suggestion de concept, à la réalisation de plans complets, jusqu’à la maîtrise d’œuvre intégrale.

On peut exercer la profession d’architecte :

  • à titre individuel, en profession libérale
  • comme associé d’une société d’architecture
  • comme fonctionnaire
  • pour le compte de l’État ou des collectivités territoriales
  • en qualité de salarié d’un architecte ou d’une société d’architecture.

Formation pour devenir architecte

Le métier d’architecte est réglementé. Il est obligatoire de posséder un diplôme d’État. Devenir architecte sans diplôme n’est pas envisageable.

Le diplôme d’architecte est décerné par les écoles nationales supérieures d’architecture en France, au terme d’un cycle de formation de 6 ans après le baccalauréat.

Après 5 ans on obtient son diplôme d’État d’architecte.

Pour obtenir l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre, il faudra une année supplémentaire.

L’INSA et l’ÉSA proposent également une formation architecte alternative.

Les écoles d’architecture sont très sélectives. Le coût des études était en 2018, pour devenir HMONP, de 623 €.

Les risques du métier d’architecte

Les architectes qui souhaitent se spécialiser en urbanisme peuvent continuer leurs études au niveau Master ou bac+7.


Il se spécialise alors dans l’aménagement urbain : la composition urbaine de la ville, les plans de quartier, la programmation et la planification, la sociologie de la ville. C’est ce dernier point qui fait souvent comparer l’urbanisme à une forme d’idéologie (on peut questionner l’identité d’une ville et l’architecture à l’échelle d’une ville toute entière).


L’architecte urbaniste a une formation complémentaire de géographe et de composition urbaine.


Le corps des Architectes et Urbanistes de l’État (AUE) est né par décret en 1993.


La profession d’urbaniste n’est pas réglementée.

Droits et obligations 

L’exercice de l’architecture est soumis à un code de déontologie.

Les obligations essentielles de l’architecte vis-à-vis de son client sont :

  • l’obligation de conseil et d’explications intègres et claires
  • le secret professionnel
  • l’obligation d’inscrire dans son projet architectural de manière écrite l’insertion au site/relief, l’adaptation à la géographie, l’implantation topographique, la disposition des volumes, des plans et coupes, les mesures, les matériaux et couleurs

Par ailleurs, au sein de la profession, toute concurrence déloyale, plagiat, ou détournement de clientèle sont interdits.

Les risques du métier d’architecte

L’architecte est considéré comme le professionnel central du processus de construction. Il doit assumer les responsabilités induites.


Les architectes font très souvent l’objet de procédures en justice pour vice de conception ayant entraîné des dégâts (incendies, asphyxies, intoxications, humidité, effondrement, fissures…) ou dans un autre angle pour dépassement de budget (surtout si l’architecte est maître d’œuvre).

Débouchés

Certaines grosses entreprises d’architecture (Bouygues, Vinci…) embauchent des centaines d’architectes, mais d’autres professionnels préfèrent exercer en PME ou comme artisan.

Les débouchés actuellement en plein essor de l’architecture sont liés au développement durable et à l’écoconstruction.

Nouvelles techniques, nouveaux matériaux nouvelles réglementations, mais surtout : nouvelles priorités. Les écoles elles-mêmes se posent la question de former leurs étudiants à comment devenir architecte en respectant le vivant.

Cela a amené à repenser intégralement la profession et le débouché architecte, pour dessiner des immeubles technologiquement innovants économes en énergie et respectueux de l’environnement.

Depuis le Grenelle de l’environnement, de nouvelles façons de construire ont vu le jour : on fait aujourd’hui appel à des ingénieurs thermiciens et des spécialistes en domotique.

Salaires 

La rémunération de l’architecte dans le privé est négociée par contrat. On indique alors soit un salaire architecte, soit un honoraire ou un forfait (selon la taille du projet).

  • Salaire brut mensuel d’un débutant : 2200 €
  • Le revenu annuel moyen d’un architecte en milieu de carrière est de 45 000 €
  • Les architectes exerçant en libéral ont un chiffre d’affaires moyen de 162 000 €

Un architecte est-il obligatoire ?

Faire appel à un architecte n’est pas toujours obligatoire, mais présente l’avantage de superviser son projet avec un professionnel compétent capable de le synthétiser puis de le concrétiser.

On estime qu’un architecte coûte 10 à 12 % du prix du chantier pour une mission complète.

Les services d’un architecte ne coûtent pas forcément plus cher qu’un constructeur.

Un client ou porteur de projet qui passe par un architecte pourra faire un appel d’offres et obtenir des prix compétitifs, avoir un cahier des charges clair et chiffré depuis le départ, contrôler son budget et empêcher le dépassement de celui-ci, s’entourer d’entrepreneurs et artisans renommés, bénéficier de plans personnalisés et non standardisés (ne pas avoir la même maison que le voisin !), faire modifier certaines parties, avoir un chantier sous contrôle et des délais respectés…

Depuis le 17 février 2016, le seuil pour faire appel à un architecte a été abaissé à 150 m2 (au lieu de 170). Cette dimension est le seuil à partir duquel les demandes de permis de construire doivent passer par un architecte.

La plus-value d’une maison conçue par un architecte est indéniable sur le marché de l’immobilier.