Métiers de l’isolation et de l’étanchéité : formation, salaire, compétences…

L’une des principales missions des métiers de l’isolation et de l’étanchéité est d’assurer la pérennité des constructions.

Cela implique la maîtrise des matériaux, techniques et procédés qui va garantir et améliorer le confort des habitations. Dans ce guide, nous vous détaillons tout sur le métier d'étancheur ou Étanchéiste.

devenir étancheur

Qu’entend-on par isolation et étanchéité ?

L’isolation thermique permet de réduire le transfert de la chaleur à l’extérieur d’un bâtiment vers l’intérieur. Tous les éléments qui ont un contact avec l’extérieur (toitures, murs, fenêtres, portes, les combles, etc.) doivent donc être isolés.

Une mauvaise isolation a des conséquences non négligeables comme :

  • la baisse des températures intérieures en hiver
  • la hausse de la facture énergétique
  • l’insalubrité du bâtiment.

L’isolation phonique est l’ensemble des techniques utilisées pour atténuer ou supprimer les bruits provenant de l’extérieur. Il peut s’agir de bruits :

  • des transports aériens et circulation
  • de bruits de voisinage
  • de bruits d’activités industrielles ou commerciales
  • etc.

L’étanchéité consiste à empêcher des éléments naturels, comme la pluie et l’air, de passer à travers la toiture ou les murs.

Elle vise également, de pair avec l’isolation thermique, la suppression des ponts thermiques par le sol, les murs et le toit.

Une mauvaise étanchéité entraîne une dégradation du bâtiment et une mauvaise isolation thermique. Par conséquent un inconfort chez les habitants, des risques sanitaires et une hausse de la facture énergétique.

L’isolation et l’étanchéité sont donc deux termes distincts, mais qui ont la même fonction : offrir un environnement sain et durable.

Réglementation

En France, la nouvelle Réglementation thermique 2012 (RT 2012) impose une consommation d’énergie, sur les bâtiments neufs, inférieure à 50 kWh (par m2/an) contre 150 kWh (par m2/an), avec la RT2005.


La Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) de 1996 impose une isolation aux bruits extérieurs inférieure à 30 dB.


Depuis janvier 2013, les maîtres d’ouvrage ont l’obligation de fournir une attestation d’isolation phonique pour les constructions achevées à partir de cette date.


La réglementation thermique 2012 (RT 2012) prévoit un test d’étanchéité à l’air. Il est obligatoire pour toutes les nouvelles constructions. Il doit être réalisé par un mesureur professionnel certifié Qualibat.

Les principaux métiers de l’isolation et de l’étanchéité 

Les compétences du professionnel vont lui permettre de réaliser plusieurs types de travaux. De l’étanchéité des toitures, des murs, etc. à l’installation d’équipements de chauffage et de climatisation.

Voici les principaux métiers du domaine de l’isolation et de l’étanchéité :

1. Chef d’équipe en étanchéité :

Technicien du bâtiment, il se charge de l’organisation générale du chantier et de diriger l’équipe. Garant de la bonne exécution des travaux, il veille à la bonne application des directives et des règles, notamment en termes de sécurité.

Compétences requises :

Le chef d’équipe en étanchéité doit avoir une bonne connaissance des matériaux utilisés pour la réalisation des travaux d’isolation et d’étanchéité. Il doit aussi assurer une veille constante pour rester à la pointe de l’innovation.

Ce métier exige de planifier de A à Z le déroulement des travaux. Pour ce faire, le chef d’équipe en étanchéité doit savoir jongler entre les demandes de son équipe, les exigences des clients et les sollicitations des fournisseurs.

Le type de formation : 

Ce métier est accessible avec un BP (Brevet Professionnel) en isolation et étanchéité ou encore avec un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) enveloppe du bâtiment : façade, étanchéité. 

Salaire : le salaire moyen d’un chef d’équipe en étanchéité est 25 000 € par an.

2. Étanchéiste ou étancheur :

 Par définition, l’étanchéiste est celui qui pose les revêtements sur les toits, les murs et sols pour rendre un bâtiment imperméable.

Dans les chantiers d’isolation thermique, il doit aussi pouvoir réaliser les travaux de calorifugeage.

Compétences requises :

Comme le chef d’équipe, il doit avoir une bonne connaissance des matériaux et savoir les utiliser. Il doit lui aussi se tenir informé des innovations du marché afin de pouvoir proposer les meilleures solutions à ses clients.

Dans son métier d’étancheur, il doit être prêt à soulever des matériaux qui peuvent peser très lourd. Il doit aussi supporter des températures très élevées lors de la manipulation de matériaux en fusion.

Le type de formation :

Pour devenir étanchéiste, la formation à suivre est le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) étancheur du bâtiment et des travaux publics. Le BEP (Brevet d’études professionnelles) en isolation et étanchéité est aussi accessible.

Après plusieurs années d’expérience sur le terrain, l’étanchéiste peut évoluer vers le poste de chef d’équipe.

Salaire : Le salaire moyen de l’étanchéiste débutant est de 19 000 € par an.

3. Poseur en isolation thermique :

Technicien en isolation, il s’occupe de l’installation et de l’entretien des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation des bâtiments. Il est chargé aussi de raccorder les différents appareils au réseau de distribution d’énergie (électricité, gaz, fioul, etc.).

Compétences requises :

Les installations thermiques n’ont pas de secret pour lui : les exigences réglementaires du domaine de l’isolation thermique nécessitent une bonne maîtrise des techniques de fonctionnement des appareils.

Le poseur en isolation thermique, doit lui aussi, se tenir au courant constamment de l’évolution des procédés ainsi que de la réglementation.

Le type de formation :

Pour accéder au métier de poseur plusieurs formations sont disponibles, par exemple :

  • le bac pro de Technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques
  • le BEP (Brevet d’études professionnelles) en isolation et étanchéité
  • le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) Froid et climatisation
  • le BP (Brevet Professionnel) Installateur, dépanneur, en froid et conditionnement d’air
  • etc.

Salaire : Le salaire moyen du poseur est de 19 500 € par an.

4. Monteur en isolation thermique (calorifugeur) :

 Son rôle est de protéger la tuyauterie, les cuves, etc. avec des matériaux isolants, afin d’éviter les pertes et les gains de chaleur.

Compétences requises :

Le calorifugeur doit faire preuve d’adresse et de minutie dans le traçage, la fabrication et l’assemblage des matériaux. Son travail doit être bien précis afin d’éviter toute déperdition thermique.

Le monteur en isolation thermique ne doit pas avoir peur de travailler dans des conditions climatiques qui peuvent être difficiles.

Le type de formation :

Pour devenir calorifugeur, aucun diplôme n’est nécessaire. Avoir un BEP (Brevet d’études professionnelles) ou CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) dans les secteurs techniques tels que la métallurgie est un plus.

Salaire : Le salaire moyen d’un monteur en isolation thermique est de 28 000 € par an.

5. Couvreur étancheur : 

Il va intervenir principalement sur les toitures. Il va s’assurer que le toit est bien étanche, qu’i n’y a pas de fuites et que l’eau s’évacue bien. Outre la toiture, il peut réaliser des tâches similaires au métier d’étanchéiste, avec notamment l’isolation des combles.

Compétences requises :

Le couvreur étancheur doit être capable de réaliser diverses tâches allant de la pose d’échafaudage à l’installation d’une plomberie.

Travaillant principalement sur les toits, il doit avoir de bonnes conditions physiques, être agile et ne pas avoir peur du vide.

Le type de formation :

Le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et le BP (Brevet Professionnel) couvreur permettent d’accéder directement à ce poste.

Salaire : Le salaire moyen d’un couvreur étancheur est de 22 000 € par an.

Sécurité

Avec les risques liés aux travaux d’étanchéité et d’isolation, l’utilisation des bons outils de protection et le respect des consignes de sécurité sont de mise dans ces métiers.


Les professionnels doivent s’équiper de leur Équipement Individuel de Sécurité et d’un harnais pour les travaux en hauteur.

Les conditions d’exercice des métiers de l’isolation et de l’étanchéité

Après plusieurs années d’expérience sur le terrain, les métiers cités ci-dessus peuvent évoluer vers un poste de chef d’équipe ou de chef de chantier. 

Le plan de développement des compétences, comme le Compte Personnel de Formation (CPF), permet aussi d’accéder à des formations certifiantes.

Pour en bénéficier, n’hésitez pas à en parler à votre employeur.

Poseur en isolation thermique :

Avec des recrutements croissants, les métiers du bâtiment et des travaux publics ne connaissent pas la crise. En 2017, 265000 nouveaux salariés ont été recrutés dans ce secteur. En 2018, le secteur de l’isolation et de l’étanchéité a connu une hausse de 5 %.

Pour exercer les métiers de l’isolation et de l’étanchéité, il y a deux possibilités : 

  • être embauché dans une entreprise d’étanchéité et isolation ou dans une entreprise artisanale
  • travailler à son compte.

Les métiers de l’isolation et de l’étanchéité sont régis par la réglementation de la Chambre des métiers. Pour s’installer à son compte, il faudra réaliser les étapes suivantes :

  • fournir des preuves démontrant votre aptitude à exercer dans ce secteur (des diplômes ou une expérience de plus de 3 ans dans ce secteur d’activité)
  • démontrer la viabilité du projet (étude de marché et prévisionnel financier)
  • choisir la forme juridique
  • s’enregistrer auprès de la chambre des métiers
  • Souscrire à une assurance décennale (art. 1792 du Code civil) pour se protéger en cas de vice de construction à la fin des travaux. 

Recevoir des conseils, offres et newsletter : gratuit et sans engagement